Vente de livres en période d'épidémie : si la vente de livres en librairie n'est pas « indispensable » à la vie de la nation, pourquoi la vente de livres par Amazon ou un hypermarché l'est-elle ?

Publié le 19/03/2020 par La Rédaction
Mots-clés : |

En application des décisions gouvernementales prises afin de faire face à la propagation du virus covid-19, les librairies, considérées comme commerces « non indispensables », ont interdiction de recevoir du public et ont donc baissé leurs rideaux. Dans le souci de protéger leurs clients, leurs salariés et les livreurs, elles sont une très large majorité à avoir également suspendu tout service de retrait et de livraison et renoncé à une ouverture lorsque la vente d'autres produits comme la presse les y autorisait.

Ces décisions représentent un sacrifice financier mais les libraires le font en responsabilité. Ils sont conscients du manque à gagner pour les auteurs et les éditeurs et le compenseront par un engagement décuplé lorsque cette crise sera surmontée.

Dans le même temps, la grande distribution et les plates-formes de vente en ligne poursuivent, comme si de rien n'était, la vente et la livraison de livres. Commander un livre sur Amazon aujourd'hui, c'est faire se déplacer, travailler et se croiser des salariés dans les entrepôts des éditeurs, des salariés dans les entrepôts d'Amazon, des transporteurs, jusqu'au livreur qui se rend au domicile du client. Les risques sanitaires engendrés par cette chaîne logistique sont très importants alors que les consignes officielles nous enjoignent à limiter au maximum les contacts. Si la vente de livres en librairie n'est pas « indispensable » à la vie de la nation, pourquoi la vente de livres par Amazon ou un hypermarché l'est-elle ?

Alors que les libraires, commerces fragiles économiquement, risquent de payer un très lourd tribut à cette crise, leurs concurrents de la grande distribution et d'internet en profitent pour accroître encore davantage leurs bénéfices. Bénéfices qu'Amazon localisera au Luxembourg afin de ne pas payer d'impôts en France !

La poursuite des commandes et des retraits de livres via la grande distribution ou Amazon représente une hérésie sanitaire et une concurrence déloyale et nous appelons le gouvernement à y mettre fin. 

Télécharger ce communiqué de presse

Contact presse : Morgane Le Guillou / m.leguillou@syndicat-librairie.fr